actualites.jpg
lundi, 19 juin 2017 14:58

La coopération européenne pour renforcer la transition énergétique

La transition énergétique se fait aussi "par le bas", par des volontés et des actions individuelles qui font masse. L’isolement des Etats-Unis induit que les initiatives locales ne trouveront plus le terrain favorable à l'engagement collectif, ce qui n'est pas le cas pour l'Europe, qui propose à ses acteurs un cadre de coopération pour échanger sur leurs pratiques, en expérimenter de nouvelles et diffuser les résultats qui alimentent les décideurs.

C'est dans cette optique de cohésion que les partenaires locaux et européens des projets SUDOE STOP CO2 et Interreg Europe VIOLET ont démarré leur travail.

 

 

STOP CO2 vise à engager les acteurs de la mobilité sur l'efficacité énergétique des bâtiments des centres de transport. Il propose, après une analyse des cadres réglementaires et législatifs des régions de l'espace SUDOE, d'imaginer une certification adaptée à ce type de bâtiment, de créer un réseau de gares durables, de réaliser un portfolio de bonnes pratiques et d'expérimenter l'utilisation de la BIM (modélisation des données du bâtiment) sur bâtiments existants avec la modélisation 3D et l'audit de quelques gares pilotes. Le projet comporte également un gros volet sensibilisation et diffusion auprès de tous les acteurs, dont l'Alec sera coordonnateur en fin de projet.

Pour l'heure, le premier rapport d'analyse est disponible sur le site et les réseaux sociaux dédiés au projet. La première réunion des acteurs locaux, côté français, a été organisée par l'Alec à l'hôtel de Région en mars dernier. Le projet a reçu un accueil très favorable, ce qui a permis d'enclencher rapidement un certain nombre d'activités. Ainsi, à l'instar des gares routières de Santander et Torrelavega, la gare de Libourne a été auditée et sera prochainement modélisée. Ce sera ensuite le tour de la gare d’Arcachon en fin d’année.

 

VIOLET fait suite au précédent projet SERPENTE, se focalisant cette fois sur les bâtiments anciens. Il vise à améliorer les préconisations favorisant conjointement la rénovation énergétique et la préservation du patrimoine. Ces préconisations serviront aux plans d'actions locaux. Le projet repose essentiellement sur des activités d'échanges et du réseau d'acteurs, dont l'Alec est coordonnateur.  Pour l'activité locale, l'Alec s'appuiera sur l'expertise du CAUE 33 en matière de patrimoine. Les deux organisations réuniront un premier groupe d'experts locaux fin juin, dans le but de réaliser une analyse des forces et faiblesses locales de quatre grands enjeux prédéfinis à l'échelon européen :

  • Renforcer la coopération multi-secteur,
  • Mettre en œuvre de solutions technologiques et non technologiques,
  • Utiliser des outils pour vérifier et contrôler les consommations,
  • Améliorer les connaissances et les compétences des acteurs.

 

 

Enfin, une troisième candidature vient d'être approuvée. Le projet GeoAtlantic, proposé dans le cadre d'Interreg Atlantic Area, réunit 11 partenaires de 5 pays (Espagne, Portugal, Irlande, Grande Bretagne et France) autour de la promotion de la géothermie.         

                                                                                            

 

Ces projets ont vocation à servir les acteurs locaux. N'hésitez pas à nous contacter pour renforcer la coopération et/ou appréhender l'engagement collectif des parties prenantes européennes.

 

Voir le site de Sudoe STOP CO2

Voir le site d'Interreg Europe VIOLET

Voir une présentation de GeoAtlantic

 

 

Additional information

Ce site utilise des cookies pour des statistiques de fréquentation