agence.jpg

Scénario énergétique de la Gironde à horizon 2050

Dans la perspective des prochains mandats électoraux, l’Alec a construit un scénario de transition énergétique pour le territoire de la Gironde.

En France, l’année 2014 a été la plus chaude depuis 1900 avec un dépassement de la normale de +1,2°C. 2015 sera marquée par la Conférence Climat - COP 21 des Nations Unies qui doit aboutir à un premier accord universel et contraignant sur le climat afin de maintenir l’augmentation de la température à 2°C. Sans attendre ces engagements, les territoires, qui ont un pouvoir opérationnel majeur, élaborent déjà la transition.
Dans la perspective des prochains mandats électoraux, l’Alec a construit un scénario de transition énergétique pour le territoire de la Gironde.

Un scénario énergétique est une trajectoire possible et réaliste pour parvenir aux objectifs du facteur 4 en 2050. Plus qu’une prévision, le scénario permet de décrire un futur possible pour les prochains décideurs.
Ce sont les différents bilans énergétiques de territoires réalisés par l’Alec, basés le plus possible sur des données réelles, qui permettent aujourd’hui de proposer ce scénario de transition, la part mise en oeuvre en 2010, la part à développer pour 2050 et les choix opérationnels pour y arriver. Des éléments macro-économiques sont également proposés pour alimenter la prospective.

Principaux axes :

  • Les consommations d’énergie sur le territoire de la Gironde sont de l’ordre de 40 000 GWh (année 2010).
  • Au final, le scénario correspond à une baisse quasi linéaire des consommations d’énergie, à hauteur de 41% sur 40 ans.
  • Il correspond quasiment à une division par 4 (75%) des consommations d’énergie non renouvelables entre 2010 et 2050.
  • Il propose un triplement des productions d’énergies renouvelables et locales d’ici 2050. 

→ diversifier et augmenter les productions d’électricité (éolien, Photovoltaïque, cogénération, hydraulique et hydrolien, …) ;

→ développer la récupération d’énergie fatale (hydrogène, déchets, déchets agricole, …) ;

→ développer des filières industrielles de productions massives d’ENR (cogénération biomasse, gazéification, …).

  • Dans un scénario « laisser-faire », la facture énergétique augmente de 1.6 milliard d’€ entre 2010 et 2050 (+46%). Dans le scénario de transition énergétique proposé, elle diminue de 900 millions d’€ entre 2010 et 2050 (-25%). Par ailleurs, l’augmentation de la part des énergies renouvelables contribuera à hauteur de1.9 milliard d’€ à l’économie locale (correspondant à 70% de la facture énergétique).
 

Ce site utilise des cookies pour des statistiques de fréquentation