agence.jpg

Le facteur 4

La France s’est engagée en 2003 à « diviser par un facteur 4 les émissions nationales de gaz à effet de serre (GES) du niveau de 1990 d'ici 2050 ». Cet objectif a été validé par le Grenelle de l'environnement en 2007.
Au niveau national, tous les gaz à effet de serre sont émis par les différents secteurs dans les proportions du graphique ci-contre. L’inventaire du Citepa établi que, depuis 1990, tous les secteurs économiques ont réduit de manière significative leurs émissions de GES, à l’exception de deux : le bâtiment (+9%) et les transports (+12%) en 2010.

Le bâtiment (résidentiel, tertiaire et industriel), est donc le secteur, avec celui des transports, dont l'accroissement, en termes d'émissions de gaz à effet de serre, est le plus fort. Le parc ancien de logements ne se renouvelle que très lentement (1 % par an) et sa réhabilitation, notamment en termes de performances énergétiques et d'habitat sain est un défi majeur. Tout comme la construction de nouveaux logements de qualité, à faible consommation énergétique, dont le besoin est pressant pour répondre à la forte demande actuelle, et notamment des familles aux revenus les plus faibles.
 
La recherche d'une ville de proximité, notamment, le renforcement de l'attractivité résidentielle des quartiers, la diversification de l'offre en logements avec une plus grande équité et mixité sociales et spatiales dans l'habitat, et la lutte contre l'étalement urbain - gros consommateur d'espace et d'énergie - par une mobilité maîtrisée, sont devenues des priorités essentielles dans les politiques d'urbanisme qu'il s'agit donc d'accompagner par une démarche innovante dans notre région.

 

Additional information

Ce site utilise des cookies pour des statistiques de fréquentation